mardi 5 avril 2016

Notre pâtissier Ludovic sacré Dessert d'Argent

Douceur d'agrumes, glace poivre de Timut par Ludovic Brethenoux
Le 23 mars dernier, le lycée hôtelier de Biarritz a accueilli la finale des 42e Championnats de France du Dessert. Dans la catégorie Professionnels, Ludovic Brethenoux, le talentueux pâtissier de Passions & Gourmandises, a remporté le Dessert d'Argent. Il était déjà arrivé 6e en 2014 et visait cette année le podium. Sa Douceur d'agrumes, glace poivre de Timut a su séduire le jury, notamment son président Jérôme Chaucesse (Meilleur Ouvrier de France 2015 et chef pâtissier du Crillon à Paris).

"Ce concours m'a permis de me mesurer aux autres pâtissiers français, de faire de belles rencontres et d'étoffer mon réseau professionnel.", explique celui qui est plutôt bec salé mais raffole des profiteroles au chocolat.

Toutes nos félicitations à Ludo pour cette 2e place sur 102 participants, l'équipe est très fière de lui. En attendant une seconde bonne nouvelle... Bientôt la naissance de son premier enfant !

Pour goûter ce dessert gagnant, direction Saint-Benoît puisqu'il figure dans le nouveau menu de printemps !
Ludovic Brethenoux, Dessert d'Argent,  avec Jérôme Chaussesse (Le Crillon, Paris)


Les chefs se mobilisent contre l'anorexie mentale

Cliquez pour zoomer
Laure et Richard Toix sont parrains de La Faim du Petit Poids. Cette association est née autour d'Alexia Savey, une jeune fille de 18 ans souffrant d'anorexie mentale.  
La Faim du Petit Poids est également le titre du livre que viennent de publier les éditions Kawa, le journal précis et détaillé d'Alexia, préfacé par Marina Carrère d’Encausse.

Dimanche 24 avril à Saint-Benoît, cinq grands chefs français concocteront ensemble un dîner surprise dont les bénéfices seront entièrement reversés à l'association. Alexia sera présente pour témoigner, déguster (encore un défi food pour celle qui vise Sciences Po l'année prochaine) et dédicacer son livre.

L’association La Faim du Petit Poids a pour vocation :
> de partager des expériences et de sensibiliser le public -adolescents, parents, institutions-  aux obstacles, freins, dysfonctionnements, carences, souffrances, auxquels sont confrontées les personnes touchées par l’anorexie mentale.
> mais aussi de transmettre l'espoir et l'envie de se battre contre la maladie.

Attention places limitées !
Réservez vite au 05 49 61 03 99


Alexia au Salon du Livre 2016

mercredi 9 mars 2016

Producteurs de qualité sélectionnés par le Collège Culinaire de France

Souvenez-vous, en 2013, Richard Toix faisait partie des pionniers en obtenant le titre de Restaurant de Qualité pour Passions & Gourmandises.

Depuis peu, le Collège Culinaire de France a décidé de décliner son appellation en sélectionnant également des Producteurs Artisans de Qualité dans chaque région. Car pour réaliser une cuisine de qualité, il faut des produits de qualité.
Ferme bio du Chatain
Les Artisans Producteurs s'engagent à :
- transmettre la passion et le savoir faire de leur métier aux générations montantes
- utiliser des méthodes artisanales raisonnées de fabrication, de culture et d’élevage
- cultiver les goûts originels et authentiques des produits. 
Françoise Fleuriet en Charente
Notre restaurant de Saint-Benoît travaille notamment avec :
• la Maison Mitteault à Chalandray (86) depuis de nombreuses années, pour ses escalopes de foie gras de canard,
Stéphan Perrotte près d'Angers (49), pour ses confitures,
• le Domaine de Roques-Hautes en Provence (13) pour les premières asperges de l'année, en attendant celles des producteurs locaux,
• la Ferme bio du Chatain en Dordogne (24), pour ses fromages de chèvre,
• la Conserverie Fleuriet à Rouillac (16), pour ses vinaigres et condiments surfins.

Nous vous donnons rendez-vous à notre table et à la boutique pour faire connaissance avec ces produits d'exception.
Les asperges du Domaine de Roques-Hautes
Foie gras de la Maison Mitteault

mardi 9 février 2016

L'interview Métier de Laure et Richard Toix

Ce week-end, c'est la Saint-Valentin. L'équipe vous réserve bien sûr un menu très "Love is in the air" du vendredi soir au dimanche soir. Et pour l'occasion, le couple à la tête de Passions et Gourmandises depuis bientôt 10 ans a accepté de se soumettre à son tour à l'interview Métier.
Laure et Richard Toix en 2015 - Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Quand avez-vous créé Passions et Gourmandises ?
Laure et Richard Toix : Le restaurant a ouvert en mai 2007.

Quel poste y occupes-tu ?
Laure : Responsable de salle et de l'administratif
Richard : Chef d'entreprise, responsable de la cuisine et de la gestion du personnel

En quoi consiste ton métier ?
L : Gérer l'équipe de salle, les relations commerciales (devis, mails...) et assurer le suivi auprès de la comptabilité.
R : Essayer de vendre du bonheur aux gens

Depuis combien de temps l’exerces-tu ?
L : Mon oncle était restaurateur dans le Maine et Loire. J'ai commencé chez lui à l'âge de 14 ans.
R : Je suis cuisinier depuis l'âge de 14 ans. Après 38 années, j'exerce ce métier avec la même passion. J'ai été chef pour la première fois à Perpignan à 25 ans. Depuis, je m'attache à toujours rester en contact avec la réalité.

Quel fut le déclic pour le choisir ?
L : Quand j'étais enfant, mon oncle était maître d'hôtel dans de grandes maisons. Il sentait toujours bon, portait le smoking et me rapportait des After Eight ! Cela me faisait rêver.
R : Ma famille n'est pas du tout dans ce milieu. Mais c'était pour moi une évidence. Je n'ai jamais rien voulu faire d'autre.

Quelle(s) formation(s) as-tu suivi ?
L : BEP Commerce puis CAP Service à l'AFPA.
R : Un CAP Cuisine puis la grande école des fourneaux !

Quel est ton parcours professionnel ?
L : J'ai fait beaucoup de saisons d'été et d'hiver comme serveuse. Et à partir du moment où j'ai rencontré Richard il y a pile 27 ans, je l'ai suivi en trouvant du travail dans les mêmes villes.
R : J'ai débuté au lycée hôtelier de Perpignan. Je suis passé par chez les frères Roux à Londres puis par la Vendée, Toulouse, Orléans, Perpignan. Après Lencloître, Saint-Benoît est ma seconde étape dans la Vienne. Passions & Gourmandises est parfois une piste de décollage pour de la promotion en Alaska, Asie, Eurasie, Maroc...
Laure et Richard en 1989, un soir de réveillon - Cliquez pour agrandir
Quelles sont les qualités requises pour ton poste ?
L : Endurance, rigueur dans le travail, souplesse de caractère, curiosité, aimer le contact avec les gens, être sans cesse à l'affût de nouveaux produits...
R : Avant, un mauvais caractère ! Maintenant, heureusement, savoir être malléable, à l'écoute, en permanente évolution mais aussi pugnace, tenace, courageux.

Que préfères-tu dans ce métier ?
L : Le contact avec les gens. J'ai l'habitude de dire qu'on a bien fait notre travail si, quand le client repart, on a assez échangé avec lui pour connaître un petit bout de sa vie.
R : Le fait que, deux fois par jour, ce soit toujours très différent. Je vis constamment de nouvelles aventures.

Quelles en sont les contraintes ?
L : Le manque de vie sociale, à cause des horaires  : pas de spectacles, de repas avec des personnes en dehors de ce métier... Et physiquement, c'est fatigant.
R : Les journées sont longues et la législation est compliquée.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui voudrait se lancer dans cette voie ?
L : Bien réfléchir avant de se mettre à son compte car, économiquement, c'est compliqué.
R : À quelqu'un qui réfléchit à être cuisinier : de ne pas croire que la vie c'est comme dans les émissions de cuisine ! À un cuisinier : quel que soit son choix de restaurant, qu'il essaie de s'éclater dans ce qu'il fait.

Une anecdote professionnelle pour nous faire sourire ?
L : Forcément avec notre Johnny, un impayable commis de salle surnommé "le roi des perles". Un jour de 2008, alors que Camille (chef de rang originaire du Nord) demande à Romain alias "Johnny" de mettre les serviettes en quinquonce, l'apprenti la regarde éberlué et lui dit : "J'comprends rien. C’est encore un nom de ton Nord !". Il pensait aussi qu'Albert Camus fabriquait du Cognac...
R : Il y a quelques mois, je buvais un verre avec des amis au bar du Mandarin Oriental Paris dont le restaurant est dirigé par Thierry Marx. Un client étranger me fait signe et me dit en anglais qu'il est content de me voir. Au bout de quelques minutes, je comprends qu'il m'a pris pour le chef de la maison qui a aussi le crâne rasé !

Quel(s) autre(s) métier(s) aimerais-tu exercer ? 
L : J'aurais aimé être fleuriste. Aujourd'hui, pourquoi pas directrice d'un spa !
R : Spontanément, je dirais aucun. Mais si je réfléchis, peut-être boulanger car je suis fana de pain. C'est un produit qui vit en permanence.

lundi 4 janvier 2016

Bonne année 2016 !

Laure et Richard Toix, ainsi que toute l'équipe de Passions et Gourmandises, vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2016. Nous vous réservons de nombreuses surprises pour l'année à venir...
Alors à bientôt au restaurant !