lundi 16 mars 2015

L'interview Métier de Rémi Bonnes

Vous ne le voyez pas puisqu'il est en cuisine, mais Rémi met son efficacité au service de Passions et Gourmandises chaque déjeuner depuis quatre ans. Il a accepté de répondre à notre interview Métier afin que vous fassiez plus ample connaissance.
Rémi Bonnes
Depuis combien de temps travailles-tu à Passions et Gourmandises ?
Quatre ans.

Quel poste y occupes-tu ?
Plongeur (officier de cuisine)

En quoi consiste ton métier ?
Nettoyer à la main les grosses gamelles de la cuisine, les couverts et les verres. Ranger le matériel et les assiettes, rapporter les verres et les couverts à l'office. Et parfois, à la demande du chef, j'aide en cuisine, notamment pour les entrées.

Depuis combien de temps l’exerces-tu ?
J'ai commencé ici, il y a quatre ans donc.

Quel fut le déclic pour le choisir ?

Fraîchement arrivé dans la région, je cherchais un poste dans la restauration, commis de cuisine dans une brasserie, à Montmorillon où j'habite. Il y avait peu d'offres. Alors je me suis tourné vers Poitiers. Travailler à temps partiel, uniquement sur le service du midi, me convient parfaitement. Je peux faire les kilomètres sans trop de contraintes.

Quelle(s) formation(s) as-tu suivi ?
CAP et BEP d'hôtellerie (cuisine et salle)

Quel est ton parcours professionnel ?
Auparavant, j'étais saisonnier à Valras et au Cap d'Agde. Puis j'ai travaillé trois ans comme commis de cuisine dans une pizzeria brasserie à Toulouse.

Quelles sont les qualités requises pour ton poste ?
Il faut être patient, organisé, rigoureux, adroit. Et savoir anticiper.

Que préfères-tu dans ce métier ?
Les horaires décalés (je ne suis pas à un lève-tôt). Et le poste de plongeur me permet d'avoir une certaine indépendance par rapport au reste de l'équipe, ce qui me convient.

Quelles en sont les contraintes ?
Je n'en vois pas.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui voudrait se lancer dans cette voie ?

Au départ, il faut s'accrocher dans l'organisation du travail, à cause du rythme soutenu notamment. Il ne faut pas paniquer car, au bout de deux mois, ça se stabilise. On trouve son rythme de croisière.

Une anecdote professionnelle pour nous faire sourire ?
C'était le dernier soir d'un stagiaire au restaurant. L'équipe l'a charrié : "Tu vas finir dans le ruisseau". Le pauvre l'a cru et a eu si peur qu'il est allé lui-même dans le Miosson !

Quel(s) autre(s) métier(s) aimerais-tu exercer ?
Quand j'étais jeune, je voulais être designer automobile. Aujourd'hui, j'aimerais rester dans la restauration, revenir en cuisine dans une brasserie ou bien trouver un travail qui laisse du temps pour la vie de famille, comme actuellement.

lundi 9 mars 2015

Les grands chefs se mobilisent autour de Laure Toix

Laure Toix, l'épouse du chef, s'est lancée un défi : participer à la 15e édition du trophée Roses des Sables. Muni d'un 4x4, d'un road book et d'une boussole, son équipage Les Taupes Models parcourra les dunes marocaines. Action, partage, solidarité : telle est la devise de ce raid aventure 100% féminin avec acheminement de dons à destination des enfants défavorisés du Grand Sud.
Si vous souhaitez soutenir Laure dans son projet et déguster les plats de grands chefs français, rendez-vous au restaurant L'Adress à Niort pour le dîner du dimanche 29 mars autour d'un menu surprise (120€ tout compris).
Attention, places limitées. Réservez vite ! Tél : 05 49 79 41 06


LES CHEFS AUTOUR DE LAURE
Guillaume Gomez, Président des cuisiniers de la République
Claire Heitzler, Lasserre à Paris
Denny Imbroisi, Jules Verne à Paris et Top Chef 2012
Christophe Schmitt, Le Diane au Fouquet's Barrière Paris
• Restaurant Thierry Drapeau à Saint-Sulpice-le-Verdon en Vendée
David Seguin, L'Adress à Niort
Richard Toix, Passions et Gourmandises à Poitiers

lundi 9 février 2015

Richard Toix cuisine pour le triporteur de Télématin

Loïc Ballet et Richard Toix devant Notre-Dame-la-Grande à Poitiers
Mercredi 21 janvier dernier, Loïc Ballet (chroniqueur gastronomique de Télématin) et son triporteur sont venus à la rencontre de Richard Toix. Le chef a fait visiter le département de la Vienne au journaliste de France2: Saint-Benoît, Poitiers, le Futuroscope et la fromagerie Turpeau à Thurageau.
Le produit vedette du reportage ? Le Chabichou du Poitou. Pour le sublimer, Richard Toix a imaginé une recette de bar, sauce au Chabichou, truffe et petits légumes d'hiver. Réalisé sur le triporteur, devant l'église Notre-Dame à Poitiers, le plat a enchanté les passants.

Richard Toix dans les rues de Poitiers
Le tournage devant la Maison du Tourisme de la Vienne ©ATV86

Loïc Ballet et Richard Toix ©Futuroscope
Repos du guerrier à la fromagerie Turpeau
Bar sauce Chabichou par Richard Toix
Article de La Vienne Rurale (cliquez pour agrandir)


vendredi 9 janvier 2015

Bonne année les gourmets !

Toute l'équipe du restaurant vous présente 
ses meilleurs vœux pour 2015.


L'interview Métier de Vincent Visinet

Avant de quitter le Poitou, Vincent a pris le temps de répondre à notre traditionnelle interview métier. N'hésitez pas à lui rendre visite dans les cuisines du Molitor, si vous passez par Paris...



Depuis combien de temps travailles-tu à Passions et Gourmandises ?
Un peu plus de deux et demi

Quel poste y occupes-tu ?
Chef de partie

En quoi consiste ton métier ?
Gérer l'approvisionnement et les commandes, encadrer, former et gérer les stagiaires, la création en commun avec le chef et Ludo, la conception et la réalisation de plats. Je suis préposé au garde-manger (préparation des plats culinaires froids).

Depuis combien de temps l’exerces-tu ?
J'ai 7 ans d'expérience.

Quel fut le déclic pour le choisir ?

Un jour, au collège, la conseillère d'orientation m'a demandé ce que j'aimais. J'ai répondu : "le tiramisu". Elle a enchaîné : "Alors, vous serez cuisinier." J'ai eu la chance que ça me plaise !

Quelle(s) formation(s) as-tu suivi ?
BEP et Bac Pro Cuisine dans le 77.

Quel est ton parcours professionnel ?
J'ai débuté comme demi-chef de partie. Deux ans plus tard, je suis devenu chef de partie. Durant quatre ans, j'ai travaillé chez un traiteur haut de gamme, Le Pot d'Étain en région parisienne. Puis j'ai effectué une saison à Saint-Barthélémy aux Antilles. C'était juste avant Passions et Gourmandises.

Quelles sont les qualités requises pour ton poste ?
Une bonne hygiène, de la logique, de la rigueur, de l'anticipation et de l'organisation. Il faut savoir encadrer et déléguer, s'adapter, être réactif. Il y a un côté un peu militaire dans une cuisine.

Que préfères-tu dans ce métier ?
Découvrir de nouvelles choses, voyager, rencontrer des personnes...

Quelles en sont les contraintes ?
Le temps, la vie, tout tourne autour de la cuisine. C'est fatigant. Mais si on aime son métier, on laisse les contraintes de côté.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui voudrait se lancer dans cette voie ?

Essayer plusieurs types de restauration, travailler avec plusieurs chefs avant de prendre une décision ou faire un choix. Même si, à mes débuts, je ne voulais en faire qu'à ma tête, j'ai bien dû me rendre à l'évidence : quand on écoute les conseils des plus expérimentés, tout fonctionne mieux !

Une anecdote professionnelle pour nous faire sourire ?
Un jour, un apprenti m'a annoncé qu'il allait faire une Durex de champignons ! En fait, il s'agissait d'une duxelles...

Quel(s) autre(s) métier(s) aimerais-tu exercer ?
Peut-être un métier en lien avec les voyages, la nature, la savane, les animaux, la voile ou la mer...